Posted by: petokask | January 29, 2015

Les origines de la Russie: des premiers slaves de l’Est au Grand Duché de Moscou (I)

thumbVoici une série d’essais sur l’histoire russe écrits par l’analyste politique et financier français Julien Paolantoni. Originellement publiés il y a deux ans, ces articles peuvent être lues de nouveau à présent que le monde entier a été inspiré ou indigné (pas indifférent en tout cas) par la politique russe en Crimée, en Ukraine ou ailleurs. Ce que ces articles présentent, ce n’est pas seulement l’histoire millénaire de la Russie, mais la civilisation russe dans son ensemble et ses connections socio-culturelles.[…]

Chaque partie traite du contexte politique, économique et intellectuel pour la période donnée.

Introduction

Cette série vise à éclairer les affaires russes contemporaines, car je crois fermement que pour analyser correctement les relations internationales actuelles, il est nécessaire d’avoir des connaissances historiques sérieuses.

La partie I traitera de la fondation de l’état russe, et le processus, comme nous allons le voir, a commencé bien avant 862. En effet, un embryon politique émerge avec l’état de Gardaríki, ayant pour centre Novgorod, ce qui inclue les aires de peuplement des votes, des veps et des slaves Ilmens. Il est mis en place par un chef varègue, Rurik, en 862, ce qui en fait traditionnellement la date de fondation de l’histoire russe (Selon les dernières analyses ADN des descendants mâles de la dynastie des Rurikovic, ils appartenaient très probablement au haplogroupe N1c1 du sud de la Baltique, et n’auraient pas de liens avec les racines varègues).

Mais avant la création de Gardaríki, de nombreuses tribus nomades s’étaient installées en cet endroit, et leur influence sur le début de l’état russe sera abordé plus loin. Puis, le successeur de Rurik, Oleg de Novgorod, fonda la Kievian Rus’, le premier état slave unifié. Le christianisme devint la religion officielle de l’état en 988, après que les liens avec l’Empire Byzantin se soient renforcés. Cet événement crucial est considéré comme le début de la synthèse entre les cultures slaves et byzantine, ce qui définira la culture russe jusqu’à l’avènement de l’Empire.

La Kievian Rus’ fut finalement déchirée par les invasions mongoles entre 1237 et 1240. Au même moment, des pouvoirs régionaux comme ceux de Novgorod et Pskov se battirent pour récupérer l’héritage politique et culturel de l’ancien état. Cependant, après le treizième siècle, Moscou s’affirma comme le centre politique de la Russie jusqu’au tsarisme.

La conquête de la terre par les habitants pré-slaves et les premiers slaves de l’Est

TaurisDans l’antiquité classique, la steppe pontique était connue sous le nom de Scythie et le terme scythe, tout comme cimmérien, était utilisé pour se référer à une multitude de groupes allant de la Mer Noire au sud de la Sibérie, en passant par l’Asie Centrale. Des indices archéologiques de ces civilisations ont été trouvés tout au long du vingtième siècle en des endroits comme Arkaim, Sintashta, Ipatovo et Pazyryk.

Les premiers slaves de l’Est ont colonisé l’ouest de la Russie en se déplaçant depuis Polotsk vers Novgorod et Rostov puis se dirigeant vers Suzdal depuis Kiev. Depuis le sixième siècle jusqu’alors, ils ont constitué la majorité de la population de l’ouest de la Russie et ont graduellement assimilés les tribus finno-ogouriennes locales, comme les meshchera, les merya et les muromiens.

Traditionnellement, les changements qui ont eu lieu en Europe de l’Est durant le sixième siècle sont expliqués à travers l’expansion démographique des slaves, qui ont amené avec eux leurs langue et coutumes.

Mais, étant donné l’extrême diversité des origines parmi les tribus slaves, il n’y a pas de coDrevlyane-village-reconstruction-300x198nsensus concernant la localisation précise de la terre natale des slaves, même si une majorité de chercheurs considère que l’endroit possible se situe dans le nord des montagnes des Carpathes. La protection de la steppe forestière a préservé en grande partie leur culture de l’assimilation. C’est vrai pour leur langue (excepté la prononciation) ainsi que pour leurs techniques agricoles.

Pour faire simple, quand l’empire Hun s’est effondré, une culture slave spécifique a émergé à l’Est et s’est propagé à l’Europe de l’Est et centrale. Selon Gimburtas:

“Ni les bulgares ni les avars n’ont colonisé la péninsule balkanique; après avoir ravagé la Thrace, l’Illyrie et la Grèce, ils sont repartis vers leur territoire au Nord du Danube. Ce sont les slaves qui ont colonisé cette péninsule;… des familles entières voire des tribus complètes ont infiltré ces territoires. En peuple agricole, ils ont constamment recherché un débouché pour le surplus de population. Tenus en échec pendant un millénaire par la domination étrangère des scythes, des sarmates et des goths, ils ont été cantonnés sur un petit territoire; puis les barrières se sont effondrées et les slaves ont débordé”.

De plus, Goffart a soutenu que l’expansion slave a été facilité par la relative dépopulation de l’Europe de l’Est, avec l’émigration significative de la population allemande, mais aussi par le manque (ou l’innefficience) de la défense des pays concernés.

Slavic-tribes

Cependant, ce point de vue a été contesté par Nichols:

“La propagation ethnique peut inclure soit l’extension d’une langue aux locuteurs de langues étrangères, ou alors l’extension de la population. La propagation massive de la population ou remplacement démographique a probablement été une rareté dans l’histoire de l’humanité… Il n’y a aucune raison de supposer que l’expansion slave a d’abord été un événement démographique. Il y a eu des migrations, mais l’hypothèse la plus fine est que l’expansion slave a d’abord été une expansion linguistique”.

En outre, Dolukhanov déclare que les slaves ont été capable de gagner une expérience politique et militaire significative grâce à leurs liens avec les nomades. Cela serait la manière dont ils ont pu émerger en tant que “force dominante” et établir “un nouveau réseau sociopolitique sur toute la zone du centre et de l’est de l’Europe”.

Une autre idée a été utilisé pour expliquer l’expansion slave: l’effondrement systémique. Selon ses partisans, la chute de l’Empire Romain d’un côté et celle de l’Empire Hun de l’autre permirent à certaines minorités de prendre le contrôle des territoires et d’imposer leur culture et leur langue.

De plus, Barford note que les tribus slaves pourraient avoir vécu sur une aire étendue du centre-est de l’Europe comprenant les territoires situés entre Zarubintsy-Przeworsk et Chernyakov bien avant les migrations slaves du sixième au neuvième siècle évoquées plus haut. Puis, Geary indique que l’expansion slave fut une addition de processus locaux résultant de l’assimilation de populations. Il fut porté par un petit groupe de “fermiers-soldats” qui partagaient des traditions communes ainsi que la même langue. Ce mouvement décentralisé fut probablement ce qui protégea le peuple Slave et son unité émergente des agresseurs extérieurs.

Cette opinion est très fortement soutenu par Pohl, qui déclare:

“Les avars et les bulgares se sont soumis aux règles du jeu édictées par les romains. Ils développèrent un pouvoir militaire qui fut, en dernier ressort, payé par les revenus des taxes prélevées par les romains. Par conséquent, ils dépendaient paradoxalement du fonctionnement de l’empire byzantin. Les slaves ont fait en sorte de garder leur agriculture (une sacrément bonne agriculture selon les critères de l’époque), même lorsqu’ils ont participé au pillage des provinces romaines. Le butin qu’ils acquirent ne créa pas apparemment (au moins au début) une nouvelle classe militaire guidée par la soif d’en amasser encore ainsi qu’un dédain pour le travail de la terre, ce qui arriva aux germains. Par conséquent, le modèle slave prouva qu’il était une alternative séduisante… qui est devenu quasiment indestructible. La tradition slave, la langue et la culture ont façonné, ou du moins influencé de nombreuses communautés locales et régionales: une similarité surprenante qui s’est construite sans institution centralisée pour la promouvoir. Ces constructions ethniques régionales inspirées par la tradition slave ont incorporé des fragments considérables de populations romaines ou germaines suffisamment disposées à abandonner leur identité ethnique qui avait perdu toute cohésion”.

amfor-300x222

Greek amphoras found at Taman peninsula (currently Krasnodar region, Russia).

Un autre fait important est qu’à la toute fin du huitième siècle avant J-C, des marchants grecs ont introduit la civilisation classique à Tanais (une cité située dans le delta de la rivière Don) et Phanagoria (qui fut la plus grande colonie grecque de la péninsule de Taman et avait été choisi par les rois du Bosphore comme leur capitale en Asie). Puis, entre le troisième et le sixième siècle après J-C, le royaume du Bosphore, qui a succédé aux colonies grecques, disparut après de nombreuses invasions par des nomades.

Par conséquent, la culture grecque a eu un impact significatif sur la culture slave initiale (nous en parlerons plus loin dans l’article).

Bien que l’étude des cultures de ces peuples ainsi que leur histoire est un sujet majeur d’un point de vue anthropologique, elle ne sera pas étudiée plus en profondeur ici, car leur influence dans l’émergence de l’état russe a été limitée, au contraire des khazars, un peuple turcophone (qui ne doit pas être confondu avec le peuple turc, qui n’est qu’un des nombreux groupe composant ce groupe linguistique). Ainsi, cette étude doit commencer par un examen du rôle tenu par les khazars à ce moment-là.

A suivre…

Source

Traduit de l’anglais par mes soins. Libre de droits sous réserve de me citer.


Responses

  1. […] Partie I […]

  2. Reblogged this on The international informant.

  3. […] Partie I […]

  4. Merci pour cet excellent article. Celui-ci sur le même sujet pourra peut-être vous intéresser : http://bibliotheque-russe-et-slave.com/Livres/Brian-Chaninov_-_Les_Origines_de_la_Russie_historique.htm

    • SIte très intéressant en effet. J’en ai d’autres sur les slaves en cours de traduction donc n’hésitez pas à revenir.😉


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: